textes/videos/infos/index

AYB OYU

De là à là je panotte, en coin. Par plan je fais face à- trois plans en coin de trois quarts chacun. En coin et moi face, je panotte de là à là. Là c'est où et là où les murs se touchent, et là où ils font angle. Le coin s'indique lui même comme une flèche, il est une direction, un vers, vers le quel il me semble pouvoir me diriger indéfiniment. Le coin est un à et un là, comme l'horizon.

 

le nom, pour un objet, est comme un manche ou une anse

 

si lieu est:

un coin où aurait l'espace de se formuler

un couteau

dont on a déjà le manche

(son nom a le même rôle que son manche, sinon je ne pourrait pas le brandir)

un coin aussi,

où aurait l'espace de se formuler

une tasse

dont on a déjà la anse

(là aussi, il n'y a qu'avec son nom que je puisse la porter à mes lèvres)

un autre coin

le même

mais en reculant un peu

où aurait l'espace de se formuler

un abat-jour ou des fleurs

dont on a déjà le socle ou le vase

(et là encore, le support, le contenant, a le même rôle que son nom)

l'un comme l'autre est susceptible d'attirer

 

un papillon                             la distraction.

 

 

copyright Paola Quilici